Purificateurs d’air : fausse solution ou vrai atout santé (2/3)

La deuxième vague du virus Covid-19 en France, et plus largement en Europe, a relancé les discussions autour des différentes de manière de ralentir, voire de stopper la propagation du virus. Parmi les solutions sur lesquelles tous s’accordent on retiendra le port du masque et le lavage de mains régulier. D’autres solutions sont discutées, notamment les purificateurs d’air. Quelle sont les technologies utilisées ? Sont-ils réellement efficaces contre le virus ? L’investissement en vaut-il la peine à quelques mois d’une possible vaccination ? De nombreuses questions entourent cette technologie mal connue en Europe, et nous allons tâcher d’y répondre au travers de 3 articles s’appuyant sur des ressources scientifiques et pédagogiques.

Le premier article traitait de la nécessité de faire d’abord un état des lieux de nos sociétés, à l’heure où l’on convient d’expliquer que leurs dérives sont à l’origine de l’émergence du virus. Le deuxième article couvre ici les différentes technologies utilisées dans le traitement de l’air, leurs spécificités et leurs dangers quand il y en existe. Enfin, la troisième partie de cette série étudiera le rôle de la purification de l’air dans la lutte contre la Covid-19.

Purificateurs d’air : de nombreuses technologies, une réelle efficacité ?

Les purificateurs d’air permettent d’assainir entièrement l’air d’une pièce plusieurs fois par heure et promettent à chacun de respirer un air pur, même en plein centre-ville. Si la promesse est alléchante, difficile pour le consommateur de s’y retrouver dans l’abondance de technologies proposées. En effet, entre générateur d’ozone et photocatalyse, sans parler de la filtration mécanique ou de l’ionisation, que choisir ? Tour d’horizon des différentes technologies proposées sur le marché et de leur efficacité prouvée.

Ionisation de l’air

L’ionisation est un processus qui émet dans l’air des ions négatifs dans le but d’alourdir les ions positifs déjà présents. En effet, les ions positifs en suspension dans l’air attirent les ions négatifs qui s’y greffent en compensant leur charge positive. Les particules ainsi créées sont alourdies et tombent au sol, où il n’y a plus qu’à les aspirer. Ces ions positifs se retrouvent notamment dans les fumées de cigarette, les poussières, les poils d’animaux, les germes bactériens, les vapeurs de cuisines ou de solvants (10).

La Photocatalyse

La photocatalyse consiste en une double opération de décomposition et de dégradation des molécules organiques grâce à l’action combinée d’un rayon UV et d’un « catalyseur ». Ce catalyseur, souvent du dioxyde titane (TiO2), est activé par le rayonnement UV. Au contact de l’oxygène et de l’humidité présents dans l’air une réaction chimique (oxydoréduction) détruit les polluants organiques : mousses et moisissures, bactéries, pollution industrielle et automobile. Cette technique réalise une minéralisation des polluants (transformation en eau et carbone). À savoir : une minéralisation incomplète produit des polluants dits secondaires, cétones ou aldéhydes par exemple.

Assainissement par l’ozone

Des appareils appelés ozonateurs, injectent de l’ozone (O3) dans l’air dans le but de détruire les particules organiques qui y sont présentes. Du fait de sa composition moléculaire, l’ozone « s’accroche » aux acariens, mauvaises odeurs et moisissures ou bactéries, et les détruit naturellement (11). Si l’efficacité des générateurs d’ozone n’est, de manière générale, pas remise en cause, la dangerosité potentielle de ces appareils doit être soulignée. En effet, l’inhalation d’ozone en trop grande quantité est dangereuse pour la santé. Or, cette technique « n’est performante qu’à des seuils dangereux pour la santé » (12). Elle exclut donc d’être pratiquée en toute sécurité sans quitter la pièce pendant et après l’intervention.

Filtration mécanique et filtres HEPA

La filtration consiste à piéger les particules de l’air pour le débarasser des impuretés qu’il contient grâce à plusieurs niveaux de filtration : 2 ou 4 le plus souvent. Pour les filtrations à 2 niveaux, il s’agit généralement de l’association d’un filtre HEPA (dans le meilleur des cas, sinon d’un filtre dépoussiérant) avec un filtre à charbon actif. Pour celles à 4 niveaux on trouve en plus un pré-filtre et un filtre anti-microbien ou filtre plasma, ou encore un filtre catalyseur ou photo-catalyseur (action combinée avec la lampe UV). Chaque filtre a une fonction qui lui est propre : le préfiltre retient les grosses poussières, les poils ou les cheveux par exemple. Le filtre à charbon actif, lui, retient les gaz, les composés organiques volatils (COV) et les odeurs.

Les filtres sont réalisés en fibres organiques (coton, lin), synthétiques (polyéthylène, polyester) ou inorganiques. Parmi ces derniers, on retrouve notamment les filtres en fibre de verre (HEPA) et en fibre de carbone. Les filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air, en français filtre à Particules Aériennes à Haute Efficacité) ont une efficacité prouvée au minimum de 99,97% (13) sur des particules ultra-fines. Il s’agit des particules de diamètre supérieur ou égal à 0,1 µm. C’est ce type de filtres qui permet de capturer les particules ultra-fines en suspension dans l’air. Une étude menée en 2008 (et reprise dans le rapport de l’ANSES rendu en 2017) sur l’élimination et la génération de polluants dans l’air par les technologies de traitement de l’air, concluait déjà que les appareils équipés de filtres HEPA « sont plus efficaces pour éliminer les particules et ne génèrent pas d’ozone ou d’autres sous-produits » contrairement notamment, aux générateurs d’ozone ou d’ions (14).

Zone d’efficacité des purificateurs d’air équipés de filtres HEPA

PURIFIER SON AIR OUI, MAIS ALORS, QUELLE TECHNOLOGIE CHOISIR ?

En conclusion, la seule technologie d’assainissement de l’air largement considérée comme véritablement efficace et non dangereuse pour la santé est la filtration mécanique, à condition qu’elle soit réalisée par une combinaison de filtres contenant un filtre HEPA. En revanche, l’association de plusieurs techniques permet d’augmenter encore l’efficacité de l’opération. Par exemple, une filtration mécanique ponctuellement combinée à la photocatalyse permet de détruire instantanément les bactéries et micro-particules capturées dans les filtres. En choisissant de filtrer votre air intérieur à l’aide d’une combinaison de filtres, vous vous assurez non seulement de nettoyer l’air de que vous respirez mais également de pouvoir le faire en toute sécurité même lorsque vous vous trouvez dans la pièce.

SOURCES

(10) ‘L’ionisation de l’air’. Etudes et vie. Retrieved 21 November 2020g (https://www.etudesetvie.be/informations/nuisances/lionisation-de-lair/).

(11) ‘Générateurs d’ozone : A quoi ça sert ? Comment ça fonctionne ?’ NeozOne. Retrieved 21 November 2020 (https://www.neozone.org/articles/generateurs-dozone-a-quoi-ca-sert-comment-ca-fonctionne/).

(12) ‘Certains purificateurs d’air sont dangereux pour la santé | PolluProTech.com’. Retrieved 21 November 2020b (https://polluprotech.com/certains-purificateurs-dair-dangereux-sante/).

(14) ‘Efficiency of HEPA Filters’. Retrieved 23 November 2020e (https://www.hamilton-medical.com/fr/E-Learning-and-Education/Knowledge-Base/Knowledge-Base-Detail~2020-06-29~Efficiency-of-HEPA-filters~d5358f88-753e-4644-91c6-5c7b862e941f~.html).

(15) Avis de l’Anses, Rapport d’expertise collective – Septembre 2017 ‘Identification et analyse des différentes techniques d’épuration d’air intérieur émergentes’